Wikini

NavigateurWeb

PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-54-235-5-178.compute-1.amazonaws.com
Un NavigateurWeb est un logiciel capable de lire des pages publiées sur le web.

Plus qu'un panaroma du marché, nous tentons de répondre ici à certaines questions relatives aux navigateurs.
Dernière mise à jour : 17/01/2005 (partielle)

En deux mots, quel est l'état actuel du marché ?

Microsoft détient environ 90-95% du marché avec son navigateur Internet Explorer (toutes versions confondues). Le reste du marché est partagé entre Konqueror, Mozilla, Netscape, Opera et Safari. Depuis quelques mois, l'apparente stabilité du marché (domination d'Internet Explorer) ne saurait masquer 1. la perte de vitesse technologique de Microsoft (navigateurs vieillissants et peu fiables), 2. l'arrivée effective de challengers nombreux et technologiquement avancés (Mozilla, Opera, Safari), 3. la perspective de profondes évolutions du marché avec l'arrivée de nouveaux terminaux web (PDA, WebTV?, etc.).

Comment le marché va-t'il évoluer ?

On peut raisonnablement penser qu'à court/moyen terme la perte de vitesse d'Internet Explorer va perdurer pour plusieurs raisons :

Cependant cette perte de marché a un frein : les entreprises. Nombreuses en effet sont les entreprises qui ont misé sur Internet Explorer et ses composants spécifiques pour développer leurs applications Intranet voire Internet pour les moins sérieuses (lire en bas de la page). Redévelopper pour d'autres navigateurs coûte cher, de même que développer pour plusieurs navigateurs - du moins a priori. Par ailleurs certaines applications Microsoft largement répandues génèrent des pages web spécifiques à Internet Explorer, c'est le cas des transparents "Html" de Office.

A long terme (après 2007), la tendance dépendra donc de plusieurs facteurs :

Comment être sûr de contenter tous les clients d'une application web internet ?

L'amélioration croissante du support des standards du W3C dans le navigateurs permet d'envisager des développements "multi navigateurs" pour des coûts plus raisonnables qu'il y a quelques années. On pourra lire notamment l'analyse historique effectuée par Alain Oguse : "Vers la maturité du web".
Pour de plus amples informations on pourra encore consulter le site francophone http://openweb.eu.org/.

Dans un contexte internet, peut-on se passer de recetter une application avec tous les navigateurs ?

Il existe plusieurs dizaines de navigateurs. Quelques lignes de code suffisent à faire planter certains... Comment connaitre mon public ?
[...]



Références


Documents généralistes


Quelques navigateurs répandus


L'utilisation des navigateurs

Critique des sources

Les études sur le choix d'utilisation des navigateurs sont de deux types :
  1. les études effectuées par des sites à forte audience (internet.com, google.com ou autre). Ces études offrent un intérêt pour autant que :
    • le site effectuant l'étude est correctement accessible par tout type de navigateur
    • le public de ces sites soit représentatif
    • les navigateurs soient correctement identifiés
  2. les études effectuées par des fournisseurs de statistiques indépendants (Xiti, eStat, etc.). Ces études sont efficaces pour autant que les "clients" de ces services soient représentatif de la population totale. Une courte analyse qualitative montre par exemple que les sites dédiés aux technophiles (gros consommateurs de navigateurs alternatifs), ne sont pas clients de ces services -- et l'on sait également que ces "technophiles" sont les surfeurs et les acheteurs de la première heure, ainsi que des leaders d'opinions.
Par ailleurs, toutes ces études fonctionnent sur le même principe : la reconnaissance d'une chaîne de caractère spécifique envoyée par chaque type de navigateur. Or il est assez facile, pour un utilisateur, de modifier cette chaîne pour faire passer son navigateur pour un autre. La chose semble peu connue et les motivations obscures. On peut donc raisonnablement penser que la plupart des utilisateurs ne le font pas, mais il faut garder à l'esprit que les statistiques produites peuvent en être faussée. Pour étayer nos propos, un sondage sur le site technophile linuxfr.org, couvrant plus de 2500 personnes, fait état d'environ 5% d'utilisateurs faussant l'identification de leur navigateur.
Enfin, on note de fortes disparités régionales qui faussent ces statistiques : en Allemagne, par exemple, le site à forte audience Der Spiegel crédite Mozilla et Netscape 7 de plus de 15% mi-2003 (sur un échantillon de 125 millions de hits), alors qu'il est crédité au niveau mondial d'environ 1,5 à 2% -- ces chiffres trouvent un début de confirmation dans ceux, équivalents, du fournisseur de statistique web allemand webhits.de.
Il faut encore mentionner le fait que les outils de statistiques employés suivent souvent mal l'évolution des navigateurs : beaucoup de sources confondent par exemple Mozilla et Netscape. Il semble d'autre part que certaines sources ne reconnaissent pas certains navigateurs ayant un pourcentage non négligeable, perdus dans la rubrique "autres". Les outils offrant un détail fin de la répartition des navigateurs sont très rares : on pourra citer en exemple BBClone.

Synthèse des études : part de marché mi 2003

Toutes les études citées mentionnent que InternetExplorer est aujourd'hui (mi 2003) utilisé par 95% des internautes : 65% pour IE 6.0, 18% pour IE 5.5 et 12% pour IE 5.0 (chiffres approximatifs). Les 5% de navigateurs restant se répartissent de la manière suivante : environ 1,5% pour Mozilla, 1,1% pour Netscape 7 et 0,7% pour Netscape 4.7. Les 2% restant concernent les autres navigateurs.

Tendance à court et moyen terme (6 mois-2 ans)

Les tendances d'évolution sur les 6 derniers mois se distribuent de la manière suivante :

Comme l'indiquent les poussées de Mozilla et Safari et malgré le "vérouillage" relatif du marché par Microsoft (dont InternetExplorer est préinstallé sur tout Windows), le marché des navigateurs continue d'évoluer et voit naître en quelques mois de nouveaux produits innovants. Cette éclosion de nouveaux produits pourraient se poursuivre notamment avec l'arrivée encore timide mais avérée des nouveaux terminaux web : boîtes web de salon branchées sur les téléviseurs, téléphones "web", ordinateurs de poche, terminaux embarqués, etc. où des parts de marché sont à prendre.
La vitalité des produits s'accompagne également par un retour aux principes d'interropérabilité du web qui ont fait son succès : la guerre des navigateurs Internet Explorer / Netscape, menée à coup de spécificités propriétaires, semble bien terminée et on assiste à un retour progressif à une conformité meilleure avec les normes du W3C (instance normative d'internet).
D'un point de vu quantitatif, il est très probable que les parts de marché d'Internet Explorer baissent sensiblement, pour les raisons suivantes :

Plus largement, Linux et les logiciels libres (comme les navigateurs Mozilla et Konqueror) ont le vent en poupe. Ils font notamment une pénétration fulgurante dans les administrations :

A plus long terme, on voit que Mozilla se positionne également sur le marché des terminaux mobiles, comme en témoigne le projet Minimo. Nokia, le plus gros fabricant de terminaux mobiles, participe d'ailleurs au financement de Minimo révèle Zdnet [fr].

L'utilisation des technologies

HTML

Tous les navigateurs ne supportent pas HTML de la même manière.
La guerre du siècle dernier, entre Internet Explorer et Netscape, à grand coup de balises HTML propriétaires (et donc non-compatibles avec les autres navigateurs), est maintenant terminée. Cette guerre a coûtée beaucoup d'argent aux développeurs web, devenus contortionistes du HTML pour assurer les compatibilité de leur site à l'ensemble des navigateurs.
Cette période est révolue. La plupart des navigateurs, y compris Internet Explorer (versions 5.x et 6.x) et Netscape (versions 6.x et 7.x), se targuent de respecter les standards interropérables du W3C (l'instance qui définit les standards d'Internet). Le travail des développeurs web est ainsi largement simplifié : une page codée dans le respect des standards se trouve maintenant correctement affichée dans la plupart des navigateurs modernes.

CSS

Philippe Allart fait un bilan complet du support des feuilles de style CSS1 sur les les différents navigateur. [à synthétiser et commenter]

JavaScript

L'utilisation de JavaScript semble loin de faire l'unanimité chez les utilisateurs. Le site Thecounter.com fonde ses statistiques sur quelques sites à forte audience. Pour environ 300 à 400 millions de visites par mois, il compte environ 5 à 10% d'utilisateurs qui n'ont pas JavaScript activé. Si l'on pense qu'InternetExplorer détient 95% du marché et que JavaScript y est activé par défaut, c'est donc qu'au moins 5% des utilisateurs (sans doute plus) ont sciemment désactivé cette option. (septembre 2002, décembre 2002, mars 2003, mai 2003).

SSL (Secure Sockets Layer)

Nous n'avons pas trouvé de statistiques d'utilisation de SSL. SSL est protocole permettant à un client HTTP de communiquer de manière chiffrée avec un serveur. Ce protocole est supporté par défaut par nombres de navigateurs.

Cookies

La plupart des navigateurs intègrent une option pour bloquer les cookies. Il semble cependant que l'utilisateur admette désormais sans problème l'emploi de cookies pour l'identifier.
...

Flash

Nous n'avons pas trouvé de statistiques d'utilisation de Flash. Rapellons simplement que ce logiciel est un greffon (plug-in) qui n'est pas installé par défaut dans les navigateurs. L'utilisateur doit télécharger et installer lui-même le produit.

Lecture dans le navigateur des fichiers PDF

La lecture des fichiers PDF dans le navigateur est majoritairement effectuée avec le greffon (plug-in) d'Adobe : Adobe Acrobat Reader.
L'emploi de cette technologie, quoique répandue, peut poser certains problèmes :
Mentionnons tout d'abord qu'il existe différentes versions du format PDF, indépendament du lecteur PDF.
Le format PDf a été créé en 1993.
PDF version 1.3 : lisible par Adobe Acrobat Reader 4.0
PDF version 1.4 : lisible par Adobe Acrobat Reader 5.0
PDF version 1.5 : lisible par Adobe Acrobat Reader 6.0
Toutes les versions d'Acrobat Reader disponibles sur le site d'Adobe.
Adobe Acrobat Reader 6.0 et 6.01 font l'objet d'un bogue les empêchant de fonctionner correctement avec Mozilla 1.x (impression impossible).

Résolution d'écran

Les statistiques sur les résolution d'écran sont rares. On ne peut guère compter que sur :
Ces statistiques sont en outre incomplètes car elle font appel à du JavaScript, qui désactivé par environ 10-15% des internautes.
Les statistiques existantes donnent néanmoins une idée de la répartition des résolutions auxquelles consultent les clients :
Ces chiffres évoluent relativement lentement, avec des deltas de 5 à 10% par an.

Références.

Sécurité des navigateurs

[en cours de rédaction]

Quelle est la cible maximale d'un site au regard des navigateurs utilisés ?

Se prive-t-on en réalité d'un public important en faisant le choix de développer pour un panel particulier de navigateurs ?

Une expérience :
La fabrication de code pour un navigateur particulier, sans respecter les standards, amène à l'utilisation des surprises d'affichages ou de comportements même avec le navigateur visé. Les problémes engendrés ne sont pas forcement détectables immédiatement et parfois aléatoire. Cette expérience relativise la question du panel restreint de navigateur. Les conditions de navigation sont tellement variées, même à l'intérieure d'une seule et unique plate-forme, qu'il est dangereux de s'éloigner des standards...

Dans le cas d'un public français

Il s'agit là par exemple du site marchand d'une société implantée uniquement en France, ou dont les réseaux commerciaux internationaux sont étanches.
Médiamétrie nous informe qu'il existe, en janvier 2003, 20 millions d'internautes en France. 5% d'utilisateurs d'un navigateur suffisent donc à totaliser 1 million de personnes.

Dans le cas d'un public internationnal

Ce cas est représenté par exemple, par le site institutionnel d'une entreprise ou d'une organisation multinationale.
Le Journal du Net mentionne qu'il existe, début 2003, plus de 600 millions d'internautes dans le monde (source : NUA Internet Surveys [en]).

Comment contrôler mon application dans tous ces navigateurs ?



Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]